Julie Seigle-Vatte élue meilleure commerçante de France !


avril 29, 2016
Yann Jeandroz
MARKET-On Agence marketing & Agence communication

Lorsque j’apprends que la meilleure commerçante de France 2016, Julie Seigle-Vatte, est Nord-Iséroise, je n’ai pas pu m’empêcher de la contacter pour la rencontrer. En tant que reporter expérimenté, je prépare mon interview en me posant deux questions fondamentales : en tant que gérante d’un magasin Joué Club que je croyais être une franchise, comment peut-on devenir la meilleure commerçante de France ? Et surtout, qu’est-ce qui fait la différence dans sa méthode d’entreprendre pour qu’elle reçoive cette récompense ?

Dès mon arrivée dans le magasin de Domarin, Julie Seigle-Vatte éclaire ma lanterne sur ma première question : les magasins Joué Club ne sont pas des franchises mais un groupement de commerçants indépendants. Cette différence permet à chaque gérant de magasin de manager son JouéClub de manière autonome tout en agissant sous le nom de la marque. On le verra ensuite, c’est ce qui permet à Julie Seigle-Vatte de développer toute sa stratégie différenciante.

Après quelques minutes d’entretien avec cette entrepreneur, on pourrait penser que, dans le monde du jouet, le temps doit être ralenti, ou alors les journées font 48 heures… Il n’y a pas d’autres explications rationnelles pour s’expliquer les multiples vies que mène cette chef d’entreprise – elle n’aime d’ailleurs pas ce titre, et préfère celui de « moteur inépuisable qui vise à propulser les forces vives d’un enthousiasme uni ».

Lorsque l’on voit les photos du premier magasin en plein centre-ville des Abrets, on a du mal à croire qu’il s’agit du point de départ de Julie Seigle-Vatte. D’ailleurs, à l’époque, personne n’y croyait : elle a démarré avec un magasin, situé dans un immeuble des années 30, un local de 200 m2 avec un espace de stockage de l’autre côté de la route…

Mais ses convictions personnelles sont un réel moteur. Faisant fi de ses détracteurs pour un projet plus ambitieux, elle déménage en 2011 dans la zone d’activités pour agrandir la surface du magasin. C’est une réussite. Elle ouvre son deuxième magasin en 2013 à Domarin.

Ces deux magasins ont généré la création de 12 emplois – rien que ça ! -, et elle dispose désormais de 1150 m2 de surface de vente et 400 m2 d’espace de stockage. Dans le même espace-temps, elle a pris la présidence de l’association des Commerçants et Artisans Abrésiens, puis la vice-présidence de la Fédération des Groupements Commerciaux du Nord-Isère, a créé une fête du catalogue pour la période de Noël qui regroupe aujourd’hui 1200 personnes, est devenue déléguée régionale JouéClub, a pris une place de sélectionneuse nationale au sein du réseau JouéClub, et a créé le « Julie Club », destiné à rencontrer les enfants en milieu scolaire pour leur faire découvrir bénévolement leur passion des jouets.

Ca, c’est une première vie, plutôt bien remplie, au niveau professionnel. Elle a également une deuxième vie, sa vie de famille. Je me souviendrais encore un petit moment de notre premier contact téléphonique : « en ce moment c’est les vacances, on fixe un rendez-vous mais après je vous laisse, je veux profiter de mes trois enfants. »

Le monde du jouet, c’est un monde rempli de rêve, tout comme cette histoire. On a du mal à y croire, et ce n’est pas qu’en surface que cette histoire est belle. J’ai pu lire des lettres écrites par ses salariés, pleines d’émotions, d’amour. C’est une grande famille. Cela m’interpelle, je demande à Julie de m’expliquer plus en détails : elle veut que l’ensemble de ses salariés agissent comme des chefs d’entreprise. « Etre une équipe, ce n’est pas porter le même maillot, c’est transpirer ensemble. »

Il en est de même pour pouvoir comprendre que tout cela n’est pas un rêve éveillé : ne vous contentez pas de lire cet article, mais allez dans l’un de ses deux JouéClub le plus proche de chez vous pour ressentir ces bonnes ondes que nous transmettent chaque collaborateur lorsqu’on franchit le pas de la porte !