Tag: nouvelles pratiques marketing


24Août 2016
MARKET-On Agence marketing & Agence communication
Définition Marketing no comments

LE STREET MARKETING

Vous avez certainement déjà vue, en pleine rue ou dans un lieu public, une pub utilisant des effets d’optique ou se servant de l’environnement pour créer un jeu visuel qui fait sourire. Ce moyen de communication s’appelle le « street marketing », et il se trouve qu’il est de plus en plus utilisé.

 

Le street marketing c’est quoi ?

Il s’agit d’une technique marketing utilisée par les entreprises afin de promouvoir leur marque, un de leur produit ou un de leur service. Le street marketing se sert des rues et lieux publics pour créer une atmosphère attirant le regard, on parle donc ici d’un moyen de communication percutant. Le street marketing utilise très souvent l’évènementiel ou différentes formes assez originales d’affichages afin d’impacter au mieux sa cible.

 

La force du street marketing

Il pioche sa force dans le fait qu’il soit facile à mémoriser, entrainant sa forte influence sur le comportement des consommateurs. Il est donc très adapté au lancement d’un produit. Lorsqu’il est d’une grande originalité et qu’il est utilisé dans un événement important, il peut aller jusqu’à faire le buzz. Il est donc important pour les sociétés de comprendre son enjeu car il peut devenir une réelle force de frappe pour elles,.

 

La faiblesse du street marketing

Sa grande faiblesse est le fait qu’on ne peut pas mesurer ses résultats. C’est à dire qu’il est très difficile de savoir en détail les répercussions d’une campagne de street marketing. Bien qu’on puisse inciter les passants à laisser leur coordonnées, souvent cela reste insuffisant.

 

Quelques exemples de street marketing :

street-marketing2 3-street-marketing-rue-creatif-1

 

 

3Août 2016
MARKET-On Agence marketing & Agence communication
Définition Marketing no comments

DIGITALISATION DES POINTS DE VENTE

Depuis l’apparition d’internet, une nouvelle manière de consommer a émergé : l’achat en ligne. Rapide, efficace, pas besoin de se déplacer, le paiement en ligne se trouve être une opération que l’on réalise désormais au quotidien, ou presque. Toutefois, ceci a donné naissance à une guerre entre points de vente physiques et paiement online via le digital. Pour remédier à ce phénomène, on entend de plus en plus parler de « digitalisation des points de vente ».

 

La digitalisation du point de vente représente la mise en place, au sein même d’un point de vente physique, de matériel digital qui soit attractif pour le client. Le but étant ainsi d’accroître l’efficacité commerciale et l’expérience client. L’utilisation des bornes tactiles dans un centre commercial ou bien dans un magasin est une représentation (parmi bien d’autres) de la digitalisation du point de vente. Par exemple, Go Sport a installé des bornes « e-shop » dans 40 de ses points de vente. Ils souhaitent apporter l’offre on-line vers le off-line.
Mazda France (constructeur automobile japonais) avait mis en place il y a deux ans des tables tactiles à disposition des clients, leur permettant d’accéder à internet ou encore de configurer les véhicules.

 

La mesure du comportement du consommateur dans l’espace de vente est un élément essentiel dans la mise en place de la digitalisation du point de vente. En effet, pour obtenir le maximum d’informations il est important de bien observer le consommateur. Pour se faire, l’installation de capteurs et de caméras est nécessaire pour pouvoir compter les entrées et sorties au sein du point de vente, le temps passé en moyenne par les consommateurs dans le magasin, etc…

 

Le but de la digitalisation des points de vente est en fait d’accroître l’expérience client et l’efficacité commerciale mais aussi d’améliorer la connaissance client. Cette digitalisation permet de créer une base de données exploitables des informations que l’on obtient au sujet du client. Permettant ainsi d’approfondir son approche marketing, voir de la revisiter. L’objectif, ici, est de proposer quelque chose d’attractif pour le client afin qu’une relation de confiance s’instaure entre lui et le vendeur, ce qui permet alors de lui soutirer des informations qu’il n’aurait pas forcément donné au premier abord. Au delà de la collecte de données, cela permet de créer une relation sur le long terme avec ce dernier et non pas uniquement pour un instant. On créer une relation durable, qui permettra par la suite de proposer quelque chose qui intéresse le client, au bon moment : ce qui l’incitera à revenir encore et encore.

 

Pour réaliser ces objectifs, il faut avoir une approche contrôlée afin de ne pas agacer le client. Les méthodes les plus couramment utilisées sont la proposition d’une carte de fidélité, le remplissage d’un court formulaire, la réponse à une enquête ou bien entendu l’utilisation des réseaux sociaux. Après la mise en place de moyens très simple pour animer le point de vente, il est important d’obtenir une certaine affinité avec le potentiel acheteur. On peut par exemple l’inciter à jouer via les appareils digitaux afin de l’attirer. Par la suite, on le remercie de sa participation, on instaure un climat agréable qui rendra le client plus enclin à donner des informations. Une fois celles-ci récoltées, on peut avoir une approche marketing totalement renouvelée. En effet, la connaissance du profil du client va permettre de le cibler/cerner avec bien plus de précisions, de détails. La prochaine étape consiste alors à l’inciter à revenir au point de vente. Pour se faire on personnalise une offre adaptée au profil du client. Par exemple, on peut envoyer un mail comportant des réductions sur un ou des produit(s), qui sera rédigé différemment s’il s’agit d’un homme, d’une femme ou encore d’un étudiant et suivant bien d’autres critères encore.

 

Les difficultés rencontrées avec la digitalisation du point de vente sont premièrement le fait qu’il soit particulièrement compliqué de mesurer les investissements (qui partent parfois en fumer) nécessaires à sa mise en place.

 

La deuxième difficulté est de ne pas agacer le client. En effet, celui-ci est certainement déjà beaucoup sollicité que ce soit dans sa vie professionnelle ou au quotidien. Il n’a pas forcément envie de l’être une fois de plus. Il est donc important comme dit précédemment, de contrôler son approche et de ne pas s’imposer.

Enfin, il est difficile de savoir quels outils seraient réellement attractifs pour le client.

La guerre entre le digital et le matériel dans la façon de consommer est donc peut être bientôt révolue. Nous nous orientons de plus en plus vers la digitalisation des points de vente physiques, ce qui permettra certainement de trouver un équilibre entre le digital et le matériel, offrant alors la possibilité d’approfondir sa stratégie marketing.

Sources :

https://siecledigital.fr/2016/07/19/digitalisation-point-de-vente-france/

http://www.tourhebdo.com/actualites/detail/92780/parcours-client-comment-reussir-la-digitalisation-du-point-de-vente.html

http://www.definitions-marketing.com/definition/digitalisation-du-point-de-vente/

http://www.usine-digitale.fr/article/10-recettes-pour-digitaliser-son-point-de-vente-par-des-pros-de-la-distribution.N379394

https://www.wavestone-advisors.com/fr/terrains-dexcellence/#strategie-digitale-si

http://catherinebarba.com/fr/actu/la-digitalisation-des-points-de-vente-commence

http://www.lsa-conso.fr/10-conseils-de-pros-du-retail-pour-digitaliser-son-point-de-vente,231765

http://www.olivierdauvers.fr/2015/12/02/digitalisation-des-points-de-vente-2-nouveaux-exemples/

https://www.youtube.com/watch?v=0mz9IVJ86m8

Sans titre

26Juil 2016
MARKET-On Agence marketing & Agence communication
Buzz Marketing no comments

POKEMON GO : nouveau moyen de communication, nouvelles possibilités marketing ?

Vous connaissez tous Pokémon, cette fameuse franchise qui a donné naissance à des dessins animés, des des jeux de cartes, des jeux vidéo, des figurines, des peluches, et j’en passe… Et bien le petit dernier né, à savoir « Pokémon GO », fait des ravages et dans tous les sens du terme.

Pokémon GO est un jeu accessible sur Smartphone qui vous place dans le monde des Pokémon de manière plus réaliste que ses prédécesseurs ayant déjà connu un franc succès. En effet, il s’agit ici de se promener dans toute rue, tout parc, toute forêt afin de capturer toutes les célèbres petites bêtes qu’on offre d’habitude en peluche à nos enfants. Le principe est donc très simple : se balader, explorer, partir à la chasse et attraper grâce à des « pokéballs », le maximum de Pokémon. Je passe les détails, le jeu offre encore bien des possibilités aux joueurs mais ce n’est pas ce dont nous allons traiter ici.

Pokémon GO, sorti donc dans bon nombre de pays tout autour du globe, se trouve être un surprenant moyen de communication et presque une plateforme marketing plutôt efficace. Vous ne me croyez pas ? Et bien figurez vous que beaucoup de marques (et de plus en plus) se servent du jeu pour ramener à eux de la clientèle. Prenons l’exemple des Macdos ou encore des Starbucks Coffee. Tout établissement de chacune de ces deux marques est, dans le monde de Pokémon go, un « pokéstop » : lieu où tout dresseur de Pokémon doit se rendre à un moment donné afin d’obtenir des ressources pour continuer à jouer. Vous imaginez donc bien que de nombreux utilisateurs s’y rendent avec pour objectif non pas seulement de dévorer un bic mac, ou de prendre un café pour se réveiller le matin, mais bien entendu pour récupérer les ressources leur devenant indispensables afin d’avancer dans le jeu. Mais ça ne s’arrête pas là, il existe en effet certains moyens qui visent à attirer des Pokémons rares à un endroit précis. Des magasins/commerçants s’en servent donc pour attirer les dresseurs et leur proposer des remises sur leurs produits.

La franchise Monoprix, elle, a fait très fort. Elle propose en effet, du moins si il n’y a pas de rupture de stock, des kits pour dresseurs Pokémon. On y trouve une barre de céréales, un brumisateur, des pansements pour ampoule, une boisson, le tout dans un sac collector. Une idée marketing plutôt bien, voir très bien trouvée.

Malheureusement, même si Pokémon GO fait sortir les joueurs de chez eux, revisitant définitivement la manière de jouer aux jeux vidéo et ayant un concept original plutôt attractif, il n’est pas sans danger. Depuis sa sortie, beaucoup d’utilisateurs se sont blessés, voir tués du fait qu’ils jouaient tout en conduisant, traversaient les routes en regardant leur téléphones, etc… Sans compter le fait que le jeu se trouve sur Smartphone … nos données seraient-elles d’autant moins protégées dès lors qu’on entre dans l’aventure ?

En tout cas dimanche dernier nous avons pu assister à une meute de dresseurs au parc de la tête d’or à Lyon, lieu comportant un maximum de ressources et de Pokémons.

Pokémong GO se démarque donc bel et bien des jeux vidéo connus jusqu’à maintenant, allant jusqu’à rassembler des centaines de dresseurs  ; toutefois pour pouvoir en profiter pleinement sans se faire écraser au milieu de la route, je vous conseille de jouer avec modération et précaution.

Le site internet : http://www.pokemongo.com/fr-fr/

 

Sources :

http://business.lesechos.fr/directions-marketing/marketing/marketing-digital/0211150079081-pokemon-go-attrapez-tous-les-clients-212887.php

http://www.humanite.fr/pokemon-go-un-marketing-monstre-612367

http://www.e-marketing.fr/Thematique/general-1080/Breves/Pokemon-GO-quelles-opportunites-pour-les-annonceurs–307323.htm

http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/22/pokemon-go-monoprix-marketing-promotion_n_11135868.html

http://creapills.com/idees-marketing-pokemon-go-20160720

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/pokemon-go-pourquoi-les-commercants-se-frottent-les-mains-1009022.html

http://www.rfi.fr/technologies/20160724-pokemons-nintendo-jeux-videos-danger-accident-chasse-joueurs